Skip to main content

Le billet du professeur KOLESSNIKOW N°8 

 N°8 : août 2021. L’Europe de l’Atlantique à l’Oural, c’est toujours sans doute la bonne solution !

Depuis Sarkozy, qui revient en 2009 au commandement intégré de l’OTAN sous une direction américaine, la dérive atlantiste de la politique étrangère française avec les présidents Hollande et Macron apparaît clairement comme une grave erreur stratégique. Il est loin le temps du discours bienveillant de Chirac au sommet entre l’Alliance Atlantique et la Russie en 1997…  Si les Américains servent légitimement leurs intérêts, ils nous roulent dans la farine et nous embarquent dans leurs folles aventures pour nous lâcher ensuite sans états d’âme…

La 1ère Guerre du Golfe de 1991 contre Saddam Hussein s’est faite sous mandat de l’ONU : résolution 678 de 1990 pour libérer le Koweït envahi par l’Irak (avec une abstention, celle de la Chine, qui a négocié avec G. Bush son effacement contre des intérêts commerciaux, et deux votes contre : Cuba et Yémen ; l’URSS de Gorbatchev, en pleine déconfiture et aidée par l’Occident, s’est ralliée). Mais la 2ème Guerre du Golfe de 2003 est menée par les Américains sans mandat onusien et sous le prétexte fallacieux d’armes de destruction massives inventées par la CIA. Entretemps il y avait eu 2001 (les twin towers) et auparavant la montée des islamistes (partis au jihad dès 1979 contre les Soviétiques en Afghanistan, là où Oussama ben Laden qui créera Al-Qaïda en 1987, fait ses premières armes). Les Américains, toujours aussi naïfs, vont s’imaginer pouvoir les manipuler. Résultat : ils ont mis le feu au Moyen-Orient. Par contre les États-Unis d’Amérique ont refusé en 2001 la main tendue de Poutine pour lutter contre le terrorisme, en 2004 ils financent le basculement de l’Ukraine (révolution orange) et font entrer les anciens pays de l’Est dans l’OTAN (après l’entrée en 1999 de la Pologne, Hongrie et République tchèque), déploient leur bouclier anti-missile en Roumanie (2016) et Pologne (2018). Enfin Donald Trump nous dira de nous défendre nous-mêmes…

L’Allemagne a toujours été après la 2ème Guerre le cheval de Troie utilisé par les Américains pour maintenir l’Europe divisée et dominée. Aujourd’hui encore elle achète des F-18 et préempte des avions P8 américains (alors qu’il existe des Rafale français et un projet commun franco-allemand de patrouilleur maritime Maws) et tire la couverture à elle sur tous les projets industriels communs avec la France (Airbus, batteries électriques, moteurs à hydrogène, etc.). Mais non !  Alors que l’Allemagne soigne ses intérêts avec le gazoduc russe Nord Stream II et ses exportations industrielles vers la Chine, La France pour lui plaire préfère s’aligner sur elle (sortir du nucléaire, se détourner officiellement de Moscou : sanctions et non livraison des Mistral par Hollande, ce qui ruine ainsi la crédibilité française) en raison de la Crimée en 2014 et autres affaires Navalny aujourd’hui !

La bêtise, au pouvoir, c’est une faute politique. Car finalement nous avons réussi à casser notre industrie en poursuivant le rêve post-industriel des élites giscardiennes et leur mondialisation débridée, à pousser la Russie à se sortir de sa dépendance agricole (sans concurrence l’agriculture russe démarre enfin et les seuls qui ont souffert des sanctions sont les agriculteurs français), et aujourd’hui on casse le nucléaire, dernier point fort français (alors que partout c’est la relance de cette énergie propre, notamment en Chine). La Russie, humiliée, s’est réarmée et l’Occident l’a poussée dans les bras des Chinois, mais les Européens ne comprennent toujours pas que le monde change, que les USA se désengagent du Moyen-Orient depuis Obama alors que la Russie monte au créneau en Syrie (2015) et détruit Daesh, que la Chine développe sa puissance militaire et que les démocraties occidentales, envahies par des vagues d’immigration sauvage, deviennent la risée du monde. Les soldats français meurent, seuls, au Sahel…

Le partenariat rêvé des pseudo-élites parisiennes entre pétrodollars, technologie européenne et marchés arabes vers la fin des années 70 n’était qu’une vue de l’esprit, alors que la coopération France-Russie serait une politique réaliste : nous pourrions développer chez Poutine les infrastructures industrielles, les centrales nucléaires, les parcs touristiques et bénéficier de la vente de gaz et de pétrole russe, monter des joints ventures dans la chimie, la biogénétique, la transition énergétique…  Hélas on ne peut que pleurer devant un tel désastre ! Ce serait là non seulement une sortie de crise économique possible avec des centaines de milliers d’emplois, mais aussi un rééquilibrage des relations internationales. La Russie orthodoxe et européenne est un partenaire naturel, des liens profonds unissent nos deux pays, lesquels montrent une attirance réciproque pour les arts, la culture et la littérature de l’autre, et la Russie est amoureuse de la langue française. C’est quand même un monde de voir chaque année les Russes (qui ont un respect profond de Napoléon tant combattu lors de leur Grande Guerre Patriotique) reconstituer la bataille de Borodino, alors que chez nous les islamo-gaucho-écolo-bobos se demandent s’il convient vraiment de commémorer le bicentenaire de la mort de Napoléon ! Quelle honte de voir le projet de parc de Philippe de Villiers à Sotchi bloqué par les socialistes qui le considèrent scandaleux, la France absente de la commémoration en 2015 du 70ème anniversaire de la victoire sur les nazis que l’URSS a payé de vingt millions de morts, Poutine non invité en 2019 aux commémorations du 75ème débarquement en Normandie… Bref la France avait le droit d’annexer L’alsace-Lorraine en 1918 (terres effectivement françaises depuis Louis XIV et Louis XV), mais la Russie n’avait pas le droit d’annexer la Crimée en 2014, terre russe depuis Catherine II (et auparavant ottomane) !

Si nos journalistes nous désinforment ce n’est pas qu’ils servent un pouvoir dictatorial, mais tout simplement qu’ils manquent de culture et baignent dans une idéologie progressiste néo-marxiste : le politcorrect. Hillary Clinton comparait Poutine à Hitler, Obama disait que la Russie ne produisait rien qu’on puisse vouloir acheter…  C’est peut-être un peu exagéré pour un pays  qui possède aujourd’hui une chimie de pointe, des chantiers navals modernes, une industrie spatiale qui n’a plus à prouver ses compétences, une informatique qui, dixit Biden, serait responsable des cyberattaques sur les ordinateurs occidentaux (et même capable de s’immiscer dans les élections US), qui fabrique des avions civils tel le MC-21 (dont la sortie fut retardée par les sanctions US sur les exportations de moteurs Pratt & Whitney aujourd’hui remplacés par le moteur russe Aviadvigatel PD- 14), un  vaccin performant contre le Covid 19, des armes sans égales tel le missile hypersonique Zircon que rien ne peut arrêter puisqu’il vole à 10 000km/h et peut couler un porte-avions US n’importe où sur le globe en quelques minutes… Où sont passés nos hommes d’État, qu’est devenue la France ? Honneur, liberté, patrie, ça ne veut plus rien dire pour la gauche caviar ni chez les ultralibéraux, mais ces valeurs ont une profonde résonance auprès des Français, qui n’ont pas oublié que le Tsar Nicolas II a préféré honorer sa parole au risque de perdre l’Empire (car la Russie n’était pas prête à la guerre) et a lancé son offensive en 1914, permettant à la France de tenir sur la Marne. Les Français aimeraient bien être enfin gouvernés ; ce merveilleux pays plus que millénaire ne peut pas disparaître par inadvertance !

Panier